30 days with Morgan Spurlock

30 days

J’avais bien aimé Super Size Me, un documentaire sur les fast food et le problème de l’obésite aux USA.
Morgan Spurlock dans le même style que Michael Moore la jouait reality documentary à la sauce Jackass.

30 days est une série diffusée sur FX qui recycle ce concept.
Dans chaque épisode on aborde un thème et on suit l’évolution d’une personne plongée dans cet univers pour 30 jours.

L’intéret réside dans le choix des sujets : travailler 30 jours avec le salaire minimum américain, être musulman pratiquant dans le Michigan, vivre dans un quartier gay de San Francisco quand on est hétérosexuel…

Vraiment pas mal comme série.

4 Commentaires

  1. gaelle
    Posté le 22 juin 2005 à 17:04 | Permalink

    Ho bah ça va hein, il a rien inventé, nous on a « Vis ma vie »…

  2. Posté le 22 juin 2005 à 18:28 | Permalink

    Je suis sûr que Laurence Ferrari est capable de vivre un mois avec un SMIC.
    Ça ne fait aucun doute.

  3. Anonyme
    Posté le 09 janvier 2007 à 20:20 | Permalink

    gaelle dit :
    22 juin 2005 à 17:04

    Ho bah ça va hein, il a rien inventé, nous on a “Vis ma vie”…

    Ça c’est bien un commentaire de Français!!

    Personnellement, même s’il à rien inventé, j’ai adoré, ça redonne espoir en la nature humaine, qui généralement arrive à trouver l’ouverture d’esprit lorsqu’il partage un peu son quotidien avec un autre qu’il percevait différement, négativement avant.

    « Walk a mile in his shoes… »

  4. PeaceOnEarth
    Posté le 09 janvier 2007 à 22:14 | Permalink

    >gaelle dit :
    >22 juin 2005 à 17:04
    >
    >Ho bah ça va hein, il a rien inventé, nous on a “Vis ma vie”…
    >

    C’est bien un commentaire de Français*!

    Bien qu’il n’ai pas réinventé la roue, j’ai bien aimé le choix de ses sujets, et le fait qu’il se mêle au jeu.

    C’est une belle série pour re-découvrir un grand côté de la nature humaine. Cette compassion qui permet lorsqu’on partage le quotidien, le point de vue l’autre pendant un instant, on arrive à voir passer nos préjugés* pour voir l’humain derrière qui en fait n’est pas si différent.

    Peace

Soumettre un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.