Seinfeld chez Microsoft


Microsoft va enfin commencer à contrer la très réussie campagne de pub Apple : Get a mac.

Justin Long et John Hodgman sont devenus célèbres, et les campagnes auxquelles ils ont participé pour Apple, ont réussi à salir l’image de Windows Vista, depuis son lancement.

La firme va communiquer sur « The Mojave Experiment« , un blind test filmé dans lequel on présente à des consommateurs un nouveau système d’exploitation Microsoft : Mojave.

Les résultats de ce blind test prouvent que l’indice de satisfaction de cet OS est bon (8,5/10) alors que celui de Windows Vista est mauvais (4,4/10). En fait l’OS présenté, est identique à Windows Vista.

D’après cette étude, le dernier système d’exploitation de Microsoft est donc bon mais il souffre d’une mauvaise image.

Pour s’opposer au duo comique à succès d’Apple, Microsoft sort l’artillerie lourde : Jerry Seinfeld apparaitra dans une nouvelle campagne télévisée Microsoft, où en compagnie de Bill Gates, il tentera de convaincre les consommateurs américains de la qualité de Windows Vista, en s’appuyant sur cette étude.
Même que Michel Gondry fait partie des réalisateurs des spots à venir.

Rejoindre la conversation

8 commentaires

  1. Moi, jme marre à chaque fois que mon père est devant son portable ss vista. Il lui dit des mots pas gentil en alsacien.

    Je n’ose pas traduire, c’est trop violent…. :-)….

    Bon we a tous….

    bisous.

  2. Il serait temps de parler de Chrome, le prochain navigateur web de Google…Je dis ça en passant.

  3. http://www.techcrunch.com/2008/09/18/new-microsoft-ads-are-live/

    Finalement, oui, ils ont arrete leurs conneries, et ils ont fait du MicroSoft au lieu d’essayer de faire du sous-Apple. Mais leurs nouveaux spots sont bien foutus, je trouve.

    Et sinon, je pense que Seinfeld a fait 200 propositions qui ont ete refusees, et a la fin, il a reecrit un truc qu’un cadre du departement marketing lui a file. On peut pas le blamer a 100% quand on imagine un minimum comment ca a du se passer dans les coulisses.

  4. Je ne blame pas Seinfeld une seule seconde.
    Il en avait juste pas besoin, et n’aurait du accepté qu’avec la garantie de pouvoir placer des potes à lui à l’écriture.

Laisser un commentaire